admin| RSS .92| RSS 2.0| ATOM 0.3
  • Blog
  • Cédric Ringenbach
  •  

    Monsieur Werner Munter, il faut que je vous dise…

    janvier 3rd, 2016

    Je réponds donc à l’article suivant : http://metatv.org/climatologie-la-these-officielle-une-foutaise

    Spécialiste reconnu des avalanches, le Suisse Werner Munter planche nuit et jour depuis trois ans sur le réchauffement climatique. Et, pour lui, l’homme n’y est pour rien!

    Enchanté ! moi non plus je ne suis pas climatologue et je n’ai pas d’autre légitimité pour parler du climat que d’avoir lu le rapport du GIEC (contrairement à vous, dirait-on…).

    Vous confirmez que les glaciers reculent et qu’il y a bien un réchauffement. Vous faites donc partie des sceptiques V2.0, (la version 1.0, c’était la génération qui niait le réchauffement.)

    Rien que dans les 10 000 dernières années, il y a eu cinq pics de températures comparables à celui que nous vivons.

    Faux : les périodes un peu plus chaudes étaient en dessous de ce qu’on connait aujourd’hui.

    Pour ce qui est du moyen âge, les reconstitutions sont ici.

    Lors des deux premiers optima, le Sahara était une savane avec des lacs, des arbres et des éléphants.

    Cela signifie qu’il faisait donc plus frais qu’aujourd’hui dans cette partie du monde, non ?

    Pendant des centaines de milliers d’années, il a fait plus chaud qu’aujourd’hui. Et parfois jusqu’à 7 degrés plus chaud.

    Faux : il y a bien des périodes interglaciaires plus chaudes que l’actuelle, comme il y a 125.000 ans, par exemple, mais la température globale était alors supérieure d’un ou deux degrés, et aucunement de 7°C.

    Le GIEC se concentre sur les 150 dernières années.

    C’est que vous ne l’avez pas lu ! Les données disponibles sur 800.000 ans sont abondement analysées. Sans parler de celles sur plusieurs centaines de millions d’années.

    Les reconstructions paléoclimatiques montrent aussi que, pendant des centaines de millions d’années, il n’y a pas eu de corrélations entre le CO2 dans l’atmosphère et la température sur terre.

    Faux : c’est amplement développé également. Si on se place sur les bons pas de temps et qu’on travaille « toutes choses égales par ailleurs », on voit bien cette corrélation. Voir mon article ici, et surtout la suite là.

    Le CO2 – qui est soit dit en passant un gaz vital et non pas un poison…

    On est d’accord. Qui a dit que c’était un poison ? Le GIEC ?

    La concentration de CO2 dans l’atmosphère est négligeable

    Cet argument n’a vraiment rien de scientifique. Cela parle à ceux qui ne se sont jamais posé la moindre question sur le climat.

    En effet, 400 ppm (ou 280 ppm avant l’ère industrielle), c’est très peu. Mais si vous enlevez ce CO2, la planète se retrouve à un température de -18% C°. Petites causes, grands effets. On doit 33°C à l’effet de serre naturel de la terre. Vous comprendrez bien que si on augmente sa concentration de 40%, ça va avoir un effet, non ?

    Car il y a tout un business derrière la lutte contre le réchauffement.

    Oui, il y a des opportunités de business, heureusement, mais aujourd’hui, elle se heurtent aux intérêts en place, bien plus puissants et installés. Il est complètement ridicule d’imaginer que les lobbys des business naissants sont capables d’imposer quoi que ce soit en face du lobby des industries et des énergies fossiles !

    La thèse officielle contredit les lois de la physique, celle de la thermodynamique en particulier. Pour faire simple: la terre fait 15° en moyenne. L’atmosphère […] est grosso modo à -30° à 10 km d’altitude. Qu’elle réchauffe la Terre qui est bien plus chaude qu’elle est une aberration. La thermodynamique nous dit que la chaleur va toujours vers le froid et jamais dans le sens inverse, ce que correspond à notre expérience quotidienne.

    Bon, là, on touche le fond ! Quand vous ajoutez un pull pour aller sur un Glacier, il est chaud le pull ? non. et pourtant il vous tient chaud. Bon, ben les Gaz à Effet de Serre, c’est pareil : ils empêchent la chaleur du sol de partir vers l’espace. Tout comme le pull empêche la chaleur de votre corps de partir vers l’extérieur. Ajouter des GES dans l’atmosphère, c’est comme mettre un pull de plus. Et si la dernière couche est quasi à la température extérieure, ça ne veut pas dire qu’elle ne sert à rien !

    Pour bien comprendre comment l’effet de serre du CO2 opère, il faut lire l’article de Jean-Louis Dufresne et de Jacques Treiner, mais attention, à moins d’avoir un Bac +5 ou 6 en physique, je vous souhaite bon courage !

    De manière générale, un bon petit document pour avoir les réponses à toutes ces foutaises, est disponible ici.


    Formation « GIEC – AR5 »

    août 27th, 2014

    Après avoir passé une partie de mon été le nez dans le rapport du GIEC et les fesses au soleil (y’a un minimum, quand-même, c’est les vacances !), je propose à partir de décembre 2014 une formation sur le changement climatique centrée sur ce volumineux et tout frais rapport « AR5 ».


    Objectif
    Acquérir une connaissance approfondie du cinquième rapport d’évaluation (AR5) du GIEC dans l’optique des négociations climat de 2015 ou de la mise en place d’une politique climat, qu’elle soit publique ou d’entreprise.

    Contenu
    Depuis plus de vingt ans, le Groupement d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) fait une analyse factuelle des connaissances scientifiques pour éclairer le débat politique autour du changement climatique sans empiéter sur le domaine des décideurs (« policy relevant and not policy prescriptive »). La formation porte sur le contenu du 5e rapport, elle aborde les derniers enseignements et les différences avec les rapports précédents et se concentre sur les éléments les plus utiles pour les décideurs.

    Les plus
    Sur le plan pédagogique, la mémorisation du plan et de la structure du rapport a été privilégiée à travers une approche très visuelle, des aller-retours avec la table des matières, ainsi que l’utilisation de la vidéo et du résumé technique comme supports de formation.
    Les supports de communication fournis par le GIEC ponctuent le cours (vidéo, interviews, lexique, FAQ) et des travaux pratiques assurent une forte interactivité entre les participants. La formation est donnée en français, mais les supports sont en anglais.
    La formation a été pensée pour faire vivre aux stagiaires une relation « d’intimité » avec l’AR5 : faire la connaissance de ses principaux auteurs, comprendre son vocabulaire, manipuler physiquement la version papier du résumé technique, savoir chercher et trouver une information dans la version électronique du rapport complet, comprendre les méthodes de travail du GIEC, le processus d’élaboration et le calendrier des parutions…
    Des moments de parole et d’échange sont aménagés entre les participants notamment pour tenir compte du caractère anxiogène du contenu des rapports du GIEC.

    Programme
    La formation dure 4 jours (28 heures). Elle est parfois organisée sur les vendredis et samedis de deux semaines consécutives (Il est temps d’adapter cet agencement aux contraintes des personnes intéressées par la formation. N’hésitez pas à me faire part de vos remarques).
    Jour 1
    • Objectifs de la formation, tour de table et moment d’échange entre les participants ;
    • L’histoire du GIEC, la structure du rapport, les trois groupes de travail ;
    • Présentation du groupe de travail n°1 (WGI), son agenda, ses auteurs ;
    • Vidéo WGI ;
    • Contenu de la contribution du groupe de travail n°1 : « The Scientific Basis » ;
    • TP : « battle » science contre climato-scepticisme.

    Jour 2

    • Contenu de la contribution du groupe de travail n°1 : « The Scientific Basis » (suite) ;
    • TP : Explorer le rapport complet, reconstituer certains graphiques d’après d’autres sources.
    • Présentation du groupe de travail n°2 (WGII), son agenda, ses auteurs ;
    • Vidéo WGII ;
    • Contribution du groupe de travail n°2 : « Impacts, Adaptation, and Vulnerability » ;
    Jour 3
    • Contribution du groupe de travail n°2 : « Impacts, Adaptation, and Vulnerability » (suite) ;
    • TP : complémentarité ou compétition entre adaptation et mitigation ;
    • Présentation du groupe de travail n°3 (WGIII), son agenda, ses auteurs ;
    • Vidéo WGIII ;
    • Contribution du groupe de travail n°3 : « Mitigation of Climate Change » ;
    • TP : lister des solutions de mitigation et les placer dans la matrice « type de solution » × « secteur concerné » de la table TS.8.

    Jour 4

    • Contribution du groupe de travail n°3 : « Mitigation of Climate Change » (suite) ;
    • TP : Mise en place d’une politique climat ;
    • Echanges autour des questions d’éthiques, des leviers d’action disponibles, du rôle des citoyens, des politiques et des entreprises ;
    • Evaluation de la formation.

    Les dates
    • 5, 6, 12 et 13 décembre 2014
    • 9, 10, 16 et 17 janvier 2015
    • du 16 au 19 février 2015
    • 6, 7, 13 et 14 mars 2015
    Les dates sont susceptibles d’évoluer. Merci de vérifier leur validité auprès de moi et de me faire part de votre intérêt au plus vite. Elles seront complétées ultérieurement pour les mois suivants.

    Tarifs
    • Entreprises : 2400 € HT
    • ONG : 1200 € HT
    • Chômeurs : 600 € TTC
    DIF et Plan de formation
    Contactez-moi pour étudier les possibilités de faire financer cette formation par le budget formation de votre entreprise ou par votre Droit Individuel à la Formation.

    Doc de présentation
    Vous pouvez télécharger le document de présentation pour le faire circuler en cliquant ici :

    CarbonCamp Paris 2010 le 19 octobre 2010

    octobre 15th, 2010

    Attention, plus que quelques places pour le CarbonCamp de mardi prochain, 19 octobre, à 14h30 à la Cantine. Faites passez l’info ! (Entrée gratuite, inscription obligatoire sur barcamp.org).


    Barcamp Carbone Paris 2010
    envoyé par cedringen.


    Premier CarbonCamp Paris : le 19 octobre 2010

    juillet 25th, 2010

    Avec quelques fondus à la fois du web et du carbone, nous avons lancé le premier CarbonCamp parisien. Il aura lieu le 19 octobre 2010 après-midi à la cantine.

    Un barcamp est un événement informel sur un thème donné, et plus ou moins en lien avec le web et les nouvelles technologies. Pendant une demi-journée, quelques dizaines de participants se réunissent par tables d’une dizaine pour brainstormer à bâtons rompus sur des thèmes qui auront été proposés par les uns et les autres. Une superbe occasion de networker, de trouver de nouvelles idées ou de nouer de nouveaux partenariats.

    De quoi va-t-on parler ?

    Alors que la communauté des utilisateurs de la méthodologie Bilan Carbone est en train de se structurer en association professionnelle, que l’ADEME envisage d’externaliser cette méthodo, que de plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer un « wiki » des facteurs d’émission et de la visibilité sur la roadmap du tableur, ce barcamp tombe à pic. Il pourrait permettre un échange culturel entre le monde du web, du collaboratif, de l’open source d’un côté et celui du carbone de l’autre :

    1. le tableur ADEME pourrait être géré par une communauté de développeur, sur le modèle de l’open source, avec une transparence totale sur les bugs et les demandes d’évolutions en cours (mantis ?)
    2. les facteurs d’émissions pourraient être publiés sur un wiki (on saura alors qui a posté quoi et quelle confiance accorder à chaque information)
    3. et soyons fous : la marque Bilan Carbone pourrait devenir une marque collective comme les marques « barcamp » ou « Explorateurs du web », qui ne sont pas si mal gérées que ça.

    Lors de ce barcamp, ce serait génial si des professionnels de ces différents secteurs (open-source, collaboratif, marques collectives) pouvaient apporter leur expérience aux acteurs du carbone en France (l’ADEME, les bilancarbonneurs, les formateurs, les cabinets en charge de la maintenance du tableur etc.). J’en appelle donc à la bonne volonté des geeks, technophiles, hackers white hats, Explorateurs, BarCampeur et wikistes de tous poils pour venir partager en mode agile et ouvert.

    Plus d’information et inscriptions sur : http://barcamp.org/CarbonCampParis2010


    La taxe carbone expliquée par Jean-Marc Jancovici

    septembre 5th, 2009

    La Taxe Carbone fait partie du Pacte Ecologique de Nicolas Hulot. Beaucoup de citoyens l’ont donc déjà approuvée en signant ce pacte (ce que la plupart de candidats aux élections présidentielles ont fait). Ce n’est donc pas une idée de Nicolas Sarkozy, ni de Michel Rocard.

    Le problème avec ce dossier aujourd’hui, c’est le manque de clarté dans le traitement de l’information de la part des politiques et des journalistes : personne n’a compris en quoi allait consister la redistribution !!

    Voici donc quelques explications très didactiques par l’inventeur de la Taxe Carbone, Jean-Marc Jancovici :


    La taxe carbone, par Jean-Marc Jancovici
    envoyé par bourdinandco_blog. – L’info internationale vidéo.

    Correlation entre CO2 et Température : c’est plus compliqué qu’on le croit !

    juillet 19th, 2009

    On dit que le CO2 est un gaz à effet de serre et que l’augmentation de sa concentration dans l’atmosphère serait la cause du réchauffement climatique. Dans son  film, « une vérité qui dérange » Al Gore nous présente deux courbes : celle du CO2 et celle de la température. Comme il le fait remarquer à juste titre : « Elles s’emboitent », juste avant de préciser que les corrélations entre les deux courbes sont plus compliquées de cela…

    une_verite_2

    C’est en effet un peu plus compliqué que ça…

    Les données de température et de CO2 sont téléchargeables sur le site du National Climatic Data Center. Il faut quelques manipulations sur Excel pour les recoller entre elles, mais on y arrive. J’ai pu le faire sur une période allant de -250 000 à aujourd’hui. Voici ce que j’obtiens:

    vostock_co2_temp

    Le problème, c’est qu’on n’a pas l’impression que la hausse de CO2 précède la hausse de température. On a même l’impression du contraire… Pour en avoir le cœur net, j’ai mis les deux données sur un graphe : la température en abscisses et le CO2 en ordonnées.

    correlation_co2-temp_2

    On observe une corrélation et cela confirme que les deux courbes « s’emboitent ».

    correlation_co2-temp_3

    On a ici une belle illustration de ce qui s’est passé depuis au moins 650.000 ans : le climat oscille entre périodes glacières (en bas à gauche) et périodes inter-glacières (en haut à droite).

    C’est là que ça commence à être intéressant : J’ai colorié en bleu les points qui correspondent à des périodes de refroidissement et en rouge, ceux qui correspondent à des périodes de réchauffement. Voici le résultat :

    correlation_co2-temp_4

    C’est assez impressionnant : les points bleus sont plutôt au dessus de la courbe et les points rouges sont au dessous. C’est bien la preuve que pendant les périodes de réchauffement, c’est d’abord la température qui a augmenté, puis le CO2 et réciproquement pendant les périodes de refroidissement :

    correlation_co2-temp_6

    Que peut-on en conclure ? Réponse dans cet article : Vous êtes ici !

    En attendant, je mets à disposition de ceux qui le souhaitent le fichier Excel de ces calculs. Merci de faire des trackback si vous utilisez ce travail.

    Suite de l’article…