admin| RSS .92| RSS 2.0| ATOM 0.3
  • Blog
  • Cédric Ringenbach
  •  

    Monsieur Werner Munter, il faut que je vous dise…

    janvier 3rd, 2016

    Je réponds donc à l’article suivant : http://metatv.org/climatologie-la-these-officielle-une-foutaise

    Spécialiste reconnu des avalanches, le Suisse Werner Munter planche nuit et jour depuis trois ans sur le réchauffement climatique. Et, pour lui, l’homme n’y est pour rien!

    Enchanté ! moi non plus je ne suis pas climatologue et je n’ai pas d’autre légitimité pour parler du climat que d’avoir lu le rapport du GIEC (contrairement à vous, dirait-on…).

    Vous confirmez que les glaciers reculent et qu’il y a bien un réchauffement. Vous faites donc partie des sceptiques V2.0, (la version 1.0, c’était la génération qui niait le réchauffement.)

    Rien que dans les 10 000 dernières années, il y a eu cinq pics de températures comparables à celui que nous vivons.

    Faux : les périodes un peu plus chaudes étaient en dessous de ce qu’on connait aujourd’hui.

    Pour ce qui est du moyen âge, les reconstitutions sont ici.

    Lors des deux premiers optima, le Sahara était une savane avec des lacs, des arbres et des éléphants.

    Cela signifie qu’il faisait donc plus frais qu’aujourd’hui dans cette partie du monde, non ?

    Pendant des centaines de milliers d’années, il a fait plus chaud qu’aujourd’hui. Et parfois jusqu’à 7 degrés plus chaud.

    Faux : il y a bien des périodes interglaciaires plus chaudes que l’actuelle, comme il y a 125.000 ans, par exemple, mais la température globale était alors supérieure d’un ou deux degrés, et aucunement de 7°C.

    Le GIEC se concentre sur les 150 dernières années.

    C’est que vous ne l’avez pas lu ! Les données disponibles sur 800.000 ans sont abondement analysées. Sans parler de celles sur plusieurs centaines de millions d’années.

    Les reconstructions paléoclimatiques montrent aussi que, pendant des centaines de millions d’années, il n’y a pas eu de corrélations entre le CO2 dans l’atmosphère et la température sur terre.

    Faux : c’est amplement développé également. Si on se place sur les bons pas de temps et qu’on travaille « toutes choses égales par ailleurs », on voit bien cette corrélation. Voir mon article ici, et surtout la suite là.

    Le CO2 – qui est soit dit en passant un gaz vital et non pas un poison…

    On est d’accord. Qui a dit que c’était un poison ? Le GIEC ?

    La concentration de CO2 dans l’atmosphère est négligeable

    Cet argument n’a vraiment rien de scientifique. Cela parle à ceux qui ne se sont jamais posé la moindre question sur le climat.

    En effet, 400 ppm (ou 280 ppm avant l’ère industrielle), c’est très peu. Mais si vous enlevez ce CO2, la planète se retrouve à un température de -18% C°. Petites causes, grands effets. On doit 33°C à l’effet de serre naturel de la terre. Vous comprendrez bien que si on augmente sa concentration de 40%, ça va avoir un effet, non ?

    Car il y a tout un business derrière la lutte contre le réchauffement.

    Oui, il y a des opportunités de business, heureusement, mais aujourd’hui, elle se heurtent aux intérêts en place, bien plus puissants et installés. Il est complètement ridicule d’imaginer que les lobbys des business naissants sont capables d’imposer quoi que ce soit en face du lobby des industries et des énergies fossiles !

    La thèse officielle contredit les lois de la physique, celle de la thermodynamique en particulier. Pour faire simple: la terre fait 15° en moyenne. L’atmosphère [...] est grosso modo à -30° à 10 km d’altitude. Qu’elle réchauffe la Terre qui est bien plus chaude qu’elle est une aberration. La thermodynamique nous dit que la chaleur va toujours vers le froid et jamais dans le sens inverse, ce que correspond à notre expérience quotidienne.

    Bon, là, on touche le fond ! Quand vous ajoutez un pull pour aller sur un Glacier, il est chaud le pull ? non. et pourtant il vous tient chaud. Bon, ben les Gaz à Effet de Serre, c’est pareil : ils empêchent la chaleur du sol de partir vers l’espace. Tout comme le pull empêche la chaleur de votre corps de partir vers l’extérieur. Ajouter des GES dans l’atmosphère, c’est comme mettre un pull de plus. Et si la dernière couche est quasi à la température extérieure, ça ne veut pas dire qu’elle ne sert à rien !

    Pour bien comprendre comment l’effet de serre du CO2 opère, il faut lire l’article de Jean-Louis Dufresne et de Jacques Treiner, mais attention, à moins d’avoir un Bac +5 ou 6 en physique, je vous souhaite bon courage !

    De manière générale, un bon petit document pour avoir les réponses à toutes ces foutaises, est disponible ici.


    Formation « GIEC – AR5 »

    août 27th, 2014

    Après avoir passé une partie de mon été le nez dans le rapport du GIEC et les fesses au soleil (y’a un minimum, quand-même, c’est les vacances !), je propose à partir de décembre 2014 une formation sur le changement climatique centrée sur ce volumineux et tout frais rapport « AR5″.


    Objectif
    Acquérir une connaissance approfondie du cinquième rapport d’évaluation (AR5) du GIEC dans l’optique des négociations climat de 2015 ou de la mise en place d’une politique climat, qu’elle soit publique ou d’entreprise.

    Contenu
    Depuis plus de vingt ans, le Groupement d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) fait une analyse factuelle des connaissances scientifiques pour éclairer le débat politique autour du changement climatique sans empiéter sur le domaine des décideurs (« policy relevant and not policy prescriptive »). La formation porte sur le contenu du 5e rapport, elle aborde les derniers enseignements et les différences avec les rapports précédents et se concentre sur les éléments les plus utiles pour les décideurs.

    Les plus
    Sur le plan pédagogique, la mémorisation du plan et de la structure du rapport a été privilégiée à travers une approche très visuelle, des aller-retours avec la table des matières, ainsi que l’utilisation de la vidéo et du résumé technique comme supports de formation.

    Les supports de communication fournis par le GIEC ponctuent le cours (vidéo, interviews, lexique, FAQ) et des travaux pratiques assurent une forte interactivité entre les participants. La formation est donnée en français, mais les supports sont en anglais.

    La formation a été pensée pour faire vivre aux stagiaires une relation « d’intimité » avec l’AR5 : faire la connaissance de ses principaux auteurs, comprendre son vocabulaire, manipuler physiquement la version papier du résumé technique, savoir chercher et trouver une information dans la version électronique du rapport complet, comprendre les méthodes de travail du GIEC, le processus d’élaboration et le calendrier des parutions…

    Des moments de parole et d’échange sont aménagés entre les participants notamment pour tenir compte du caractère anxiogène du contenu des rapports du GIEC.

    Programme
    La formation dure 4 jours (28 heures). Elle est parfois organisée sur les vendredis et samedis de deux semaines consécutives (Il est temps d’adapter cet agencement aux contraintes des personnes intéressées par la formation. N’hésitez pas à me faire part de vos remarques).
    Jour 1
    • Objectifs de la formation, tour de table et moment d’échange entre les participants ;
    • L’histoire du GIEC, la structure du rapport, les trois groupes de travail ;
    • Présentation du groupe de travail n°1 (WGI), son agenda, ses auteurs ;
    • Vidéo WGI ;
    • Contenu de la contribution du groupe de travail n°1 : « The Scientific Basis » ;
    • TP : « battle » science contre climato-scepticisme.

    Jour 2

    • Contenu de la contribution du groupe de travail n°1 : « The Scientific Basis » (suite) ;
    • TP : Explorer le rapport complet, reconstituer certains graphiques d’après d’autres sources.
    • Présentation du groupe de travail n°2 (WGII), son agenda, ses auteurs ;
    • Vidéo WGII ;
    • Contribution du groupe de travail n°2 : « Impacts, Adaptation, and Vulnerability » ;
    Jour 3
    • Contribution du groupe de travail n°2 : « Impacts, Adaptation, and Vulnerability » (suite) ;
    • TP : complémentarité ou compétition entre adaptation et mitigation ;
    • Présentation du groupe de travail n°3 (WGIII), son agenda, ses auteurs ;
    • Vidéo WGIII ;
    • Contribution du groupe de travail n°3 : « Mitigation of Climate Change » ;
    • TP : lister des solutions de mitigation et les placer dans la matrice « type de solution » × « secteur concerné » de la table TS.8.

    Jour 4

    • Contribution du groupe de travail n°3 : « Mitigation of Climate Change » (suite) ;
    • TP : Mise en place d’une politique climat ;
    • Echanges autour des questions d’éthiques, des leviers d’action disponibles, du rôle des citoyens, des politiques et des entreprises ;
    • Evaluation de la formation.

    Les dates
    • 5, 6, 12 et 13 décembre 2014
    • 9, 10, 16 et 17 janvier 2015
    • du 16 au 19 février 2015
    • 6, 7, 13 et 14 mars 2015
    Les dates sont susceptibles d’évoluer. Merci de vérifier leur validité auprès de moi et de me faire part de votre intérêt au plus vite. Elles seront complétées ultérieurement pour les mois suivants.

    Tarifs
    • Entreprises : 2400 € HT
    • ONG : 1200 € HT
    • Chômeurs : 600 € TTC
    DIF et Plan de formation
    Contactez-moi pour étudier les possibilités de faire financer cette formation par le budget formation de votre entreprise ou par votre Droit Individuel à la Formation.

    Doc de présentation
    Vous pouvez télécharger le document de présentation pour le faire circuler en cliquant ici :

    Du changement climatique aux initiatives de consommateurs

    novembre 15th, 2013

    Comment faire le lien entre le changement climatique et les nouveaux modes de consommation comme les AMAP ou les coopératives d’achat, c’est la question à laquelle je vais essayer de répondre le samedi 30 novembre, à 17h, au centre étincelles, 78 rue des Haies (Paris, 20e).

    Pour vous inscrire, c’est soit sur facebook, soit sur le formulaire en ligne.


    Le portail de données de TSP

    février 24th, 2012

    TSP Data Portal

    J’ai lancé il y a un an et demi un petit chantier au sein du Shift pour mettre en ligne un portail de données sur l’énergie et le climat. Pour le réaliser, nous avons utilisé Qlikview, un logiciel de Business Intelligence très puissant, qui permet une ergonomie très souple pour véritablement « naviguer » dans les données multidimensionnelles et que j’ai eu l’occasion de découvrir dans ma vie d’avant. Qlikview est un bombe mais il coûte aussi très cher. La licence de la version serveur dont nous avions besoin coûte 50 k€ HT + 10 k€ / an. Heureusement, nous avons pu l’obtenir gratuitement grâce au programme « Change Their World » de l’éditeur qui offre des licences aux ONG qui œuvrent pour l’intérêt général.

    Le portail est maintenant en ligne, il est (presque totalement) débogué et permet de naviguer à travers un certain nombre de jeux de données publiques sur l’énergie et le climat pour répondre à des questions comme : Quelle est la production de charbon en Chine ? Depuis quelle date les Etats-Unis sont-ils importateurs de pétrole ? Qui sont les 20 plus gros émetteurs de GES dans le monde ? L’Egypte est-elle importatrice ou exportatrice nette d’énergie ? Quelle est la part du nucléaire dans le mixe électrique Suédois ? Le scénario de l’AIE est-il compatible avec des ressources ultimes de 4000 Gb ?

    Toutes ces questions trouvent leur réponse en trois clics sur tsp-data-portal.org. Les données peuvent ensuite être facilement exportées en image ou partagées sur les réseaux sociaux (twitter, facebook, blogs).

    Le site contient aujourd’hui une vingtaine de jeux de données répartis en trois grandes catégories :
    - statistiques sur l’énergie primaire et l’électricité
    - climat (émissions de GES par pays et par secteur, par exemple)
    - scénarios énergétiques et extrapolations

    Il s’adresse à tous les professionnels de l’énergie et du climat qui utilisent régulièrement des données en lien avec ces sujets (ONG, conférenciers, consultants, conseillers), mais également à toutes les personnes qui peuvent s’intéresser à ces sujets à titre personnel.

    Ce portail se veut une plateforme collaborative : tout le monde peut proposer une idée de graphique et, pour peu que vous ayez accès aux données à mettre en ligne, vous pouvez devenir l’auteur d’un nouveau jeu de données sur le portail. D’ailleurs, certains graphiques sont l’œuvre de personnes extérieures à l’équipe du Shift.

    Voici un aperçu dynamique (encapsulé dans le présent site) des données historiques de production d’énergie primaire depuis le début du 20ème siècle. Bonne navigation !


    Climate Challenge : un jeu interactif sur le climat

    décembre 10th, 2010

    Climate Challenge

    J’ai découvert récemment ce petit jeu interactif développé par la BBC: Climate Challenge.

    Vous avec en main un certain nombre de cartes qui sont autant de mesures que vous pouvez décider de prendre. Pour chacune, vous connaissez les conséquences attendues en termes de CO2, leur impact sur l’eau ou la nourriture, mais surtout, leur coût et leur popularité. Après avoir arbitré entre les différentes solutions, vous découvrez (après coup !) les conséquences sur votre cote de popularité.

    C’est très instructif car vous comprenez les interactions entre tous les éléments du système (pollution, eau, alimentation, santé, budget, etc.). Les négociations internationales sont également abordées et le regard de la presse sur les vos décisions ponctue la partie.

    Pour ma part, j’ai décidé de sauver le climat, mais je l’ai payé au prix fort: perte totale de popularité et des conséquence pas jojo en termes de richesses. J’ai bien peur que ce simulateur comporte un bonne part de réalisme !

    A vous de jouer !


    CarbonCamp Paris 2010 le 19 octobre 2010

    octobre 15th, 2010

    Attention, plus que quelques places pour le CarbonCamp de mardi prochain, 19 octobre, à 14h30 à la Cantine. Faites passez l’info ! (Entrée gratuite, inscription obligatoire sur barcamp.org).


    Barcamp Carbone Paris 2010
    envoyé par cedringen.


    The Shift Project

    septembre 17th, 2010

    Il y a maintenant trois mois, j’ai eu l’immense plaisir et honneur de me voir confier par Jean-Marc Jancovici la direction du Think Tank qu’il était en train de lancer. Je peux aujourd’hui en dévoiler le nom : The Shift Project. Il s’agit d’un organe de lobbying qui traite des sujets du changement climatique et de la contrainte énergétique.

    C’est une chance incroyable que de pouvoir travailler sur ce sujet qui me tient à coeur depuis plusieurs années, d’être payé pour cela, et d’avoir en outre des moyens significatifs pour le faire.

    Une nouvelle aventure qui démarre, donc, passionnante et enthousiasmante, et dont vous pourrez suivre le déroulement en partie ici, en partie sur le blog du « Shift » d’ici quelques jours.


    Normalisation (SGBD) du Bilan Carbone ®

    avril 7th, 2010

    Normalisation_coupé

    Je me suis amusé à normaliser le tableur « Bilan Carbone » de l’ADEME pour le faire rentrer dans une base de données relationnelle. Je propose donc un modèle de données, des outils pour aspirer les données du tableur vers la table des faits, et un exemple de résultat qui part de l’étude de cas de la formation ADEME (Light & Co).

    Ce travail est mis à disposition des bureaux d’études en bilan carbone qui souhaitent utiliser des outils décisionnels pour analyser leurs données sur plusieurs sites ou sur plusieurs années (ce que le tableur ne permet pas de faire de façon simple).

    Normalisation3

    Je propose également aux SSII spécialisées en décisionnel d’intégrer l’étude de cas dans les exemples qu’ils utilisent pour faire des démonstrations de leurs outils décisionnels.

    J’aimerais beaucoup avoir les retours de ceux qui ont fait des benchmarks des outils décisionnels en vue de produire une restitution interactive d’un bilan carbone.

    Dans le cahier des charges d’un tel outil :

    savoir gérer les doubles comptes
    permettre une mise en ligne des rapports réalisés
    prendre en compte une autoréférence dans la table des sites et pouvoir représenter la hiérarchie des sites éventuellement sous forme graphique
    • savoir gérer les doubles comptes
    • savoir représenter la notion d’incertitude sous la forme de barres d’erreurs
    • permettre une mise en ligne des rapports réalisés
    • prendre en compte une autoréférence dans la table des sites et pouvoir représenter la hiérarchie des sites sous forme graphique

    hiérarchie

    Télécharger tous les fichiers.


    Conférence sur le changement climatique

    mars 2nd, 2010

    La voici enfin en ligne, ma conférence sur le changement climatique (attention, elle est en 4 parties) :


    Conf Cedric Ringenbach – le Climat (HEC, 23 février 2010) par cedringen
    Enregistré le 23 février 2010, à la journée Rethink d’HEC.

    Partie 1Partie 2Partie 3Partie 4la Playlist

    Pour placer cette vidéo sur votre blog, utilisez le code suivant :

    <iframe marginwidth="0" marginheight="0" width="376" height="381" frameborder="0" scrolling="no" src="http://www.dailymotion.com/videozap/playlist/x19477_cedringen_conf-2010-02-23-hec-rethink?position=bottom&cols=4&rows=1"></iframe>


    Sur les ondes de RFI dans « C’est pas du vent »

    mars 2nd, 2010

    logo_RFI

    J’ai eu le plaisir d’être invité ce matin par Dominique Desaunay de RFI dans l’émission « c’est pas du vent », pour commenter l’actualité de l’écologie. On a parlé de décisionnel environnemental, de domotique de l’énergie, de web 2.0 et d’écologie. Merci Dominique.

    fichier son


    Podcast des cours de Jean-Marc Jancovici aux Mines

    février 21st, 2010
    Cours Jancovici aux Mines
    Ci-dessous les fichiers vidéo des cours de Jean-Marc Jancovici aux Mines de Paris en mai-juin 2008, dans des formats assez universels. Les fichiers d’origine (au format MOV uniquement) sont sur le site des Mines. Les vidéos sont également visibles sur Dailymotion et sur Youtube.


    M4V  : Format standard pour l'iPod, l'iPhone et la PSP
    3GPP : Format destiné aux téléphones 3G
    MOV  : Format lisible sur ordi avec QuickTime ou VLC


    || climat_1-1 (01:16:47) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_1-2 (00:57:37) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_2-1 (01:06:38) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_2-2 (01:07:28) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_3-1 (01:08:35) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_3-2 (01:08:35) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_4-1 (01:07:40) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_4-2 (01:12:01) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_5-1 (01:18:13) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_5-2 (01:00:05) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_6-1 (01:18:13) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_6-2 (01:00:05) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_7-1 (01:19:33) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_7-2 (00:48:49) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_8-1 (01:10:57) || M4V || 3GPP || MOV ||
    || climat_8-2 (01:16:41) || M4V || 3GPP || MOV ||


    Publication avec l’aimable autorisation du principal intéressé et de l’ENSMP.


    Conférence sur le climat à HEC le 23 février 2010

    février 13th, 2010

    HEC Journée Rethink

    A l’occasion de la journée Rethink, les élèves d’HEC m’ont demandé de leur expliquer pourquoi on parle de réchauffement climatique alors qu’à Jouy-en-Josas, on se les pèle. Bonne question. Réponse le 23 février à 20 h, sur le campus d’HEC, Rue de la Libération – 78350 Jouy-en-Josas (RER C direction Versailles Chantier) - bâtiment des études, en galerie nord, amphi Tézenas.

    Date : 23 février
    Heure : 20h
    Lieu : Campus HEC ParisTech – Rue de la Libération – 78350 Jouy-en-Josas
    RER C Jouy-en-Josas (direction Versailles Chantier)
    Plan : http://bit.ly/9r6CaN

    Quizz n°1

    janvier 4th, 2010

    Voici un petit Quizz que j’ai conçu sur le changement climatique. Cela ne vous prendra qu’une dizaine de minutes.  Bonne chance !

    Quizz n1


    Laissez-moi vos coordonnées

    janvier 4th, 2010

    Si vous souhaitez en savoir plus sur le changement climatique et que vous êtes prêt(e) à suivre des conférences ou lire des livres sur ce sujet, envoyez-moi un mail pour que je vous tienne au courant des prochains événements à ne pas rater.

    coordonnees

    Vous pouvez également me joindre sur les différents réseaux sociaux (pensez à préciser l’objet de votre demande) :


    facebook


    linkedin


    mon profil Viadeo


    mon compte twitter


    Vous êtes ici !

    novembre 22nd, 2009

    Je livrais en août dernier les résultats de quelques explorations des archives glaciaires sur Excel, où je mettais en évidence que la température était en avance de phase sur le CO2 au cours des cycles de glaciation-déglaciation. Les climato-sceptiques utilisent ceci comme un argument pour remettre en cause les conclusions du GIEC, comme si il y avait la moindre contradiction là-dessous.

    correlation_CO2-Temp

    Sur le graphe ci-dessus, on voit le nuage des points de coordonnées X=température et Y=CO2. Les points rouges représentent les périodes de réchauffement, et les points bleus, les périodes de refroidissement. On voit qu’on oscille entre les périodes glaciaires et des périodes inter-glaciaires et que la température bouge avant le CO2.

    Maintenant la question crucial qui se pose est la suivantes : où sommes-nous aujourd’hui sur ce graphe ? Eh bien, nous sommes ici :

    correlation_CO2-Temp

    C’est à dire que nous sommes complètement en dehors du nuage de points, non pas d’un point de vue de la température (il a déjà fait plus chaud), mais en termes de CO2. Et quelle trajectoire suivons-nous ? Celle représentée par la flèche rouge, c’est à dire une courbe qui va dans le sens des aiguilles d’une montre, alors que nous tournions dans le sens trigonométrique depuis 650.000 ans.

    Que faut-il en déduire ?

    D’abord que ce qui se passe actuellement est de nature différente de ce qui se passait lors des périodes de glaciations-déglaciations. C’est bien ce qu’on dit quand on attribue le changements actuel à l’homme alors qu’on ne le fait pas sur les temps géologiques.

    D’autre part qu’il n’y a aucune contradiction entre le fait de dire que le CO2 joue sur la température et le fait que la température joue sur le CO2. Les deux phénomènes sont connus, chacun a sa constante de temps : le CO2 joue sur la température avec une inertie de 50 ans, alors que la température joue sur le CO2 avec un retard de 1000 ans (800 ans d’après les spécialistes).

    Dire que le GIEC est mal à l’aise avec l’avance de phase de la température sur les temps géologique est une imposture: Dans son dernier rapport d’évaluation, on peut lire que les causes des glaciations et déglaciations sont bien d’origine astronomiques et non anthropiques, et que le CO2 a été une rétroaction positive qui a amplifié la réponse, au même titre que la taille de la calotte glaciaires et son impact sur l’albedo.

    Dire que le GIEC est mal à l’aise avec l’avance de phase de la température sur les temps géologique est une imposture: Dans son dernier rapport d’évaluation, on peut lire que les causes des glaciations et déglaciations sont bien d’origine astronomiques et non anthropiques, et que le CO2 a été une rétroaction positive qui a amplifié la réponse, au même titre que la taille de la calotte glaciaires et son impact sur l’albedo.