admin| RSS .92| RSS 2.0| ATOM 0.3
  • Blog
  • Cédric Ringenbach
  •  

    Allègre ne passera pas !

    mai 27th, 2009

    Pétition contre l’entrée de M. Claude Allègre au gouvernement français

    Allegre ne passera pas

    Cette pétition sera remise au cabinet de Nicolas Sarkozy le 5 juin 2009 (si elle atteint un nombre suffisant de signatures).

    Nous considérons que l’entrée de M. Claude Allègre dans le gouvernement français serait extrêmement préjudiciable à l’image de la France, à six mois de la conférence de Copenhague, au moment où elle doit jouer un rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique.

    M. Claude Allègre a par le passé nié le réchauffement climatique et continue aujourd’hui d’affirmer que ses causes ne seraient pas anthropiques. Il est discrédité dans le monde scientifique. Sa position est une insulte à l’encontre des membres du GIEC.

    Nous pensons que la diffusion des idées de M. Claude Allègre a fortement contribué à ralentir le passage à l’action dans la lutte contre le changement climatique et qu’il est urgent de faire la lumière sur le manque de fondements scientifiques de ses propos.

    Nous demandons avec insistance à M. Nicolas Sarkozy de ne pas proposer de poste au gouvernement à M. Claude Allègre.

    Signer la pétition ici.


    La Décroissance

    mars 10th, 2008

    Je m’intéresse depuis quelques temps à la décroissance, mon engagement aux côtés de Pierre Larrouturou en 1998 étant indéniablement un signe avant-coureur de mon intérêt intellectuel pour la chose.

    Quand on cherche de la littérature sur le sujet, on tombe assez vite sur les casseurs de pub, les objecteurs de croissance, le journal « la décroissance » et j’en passe. Bref, une littérature d’extrême gauche, qui met tous les thèmes de la contestation dans le même panier (anti-mondialisme, anti-OGM, no-logo etc), et qui critique sans jamais rien proposer. Les Serge Latouche, Vincent Cheynet et comparse, non contents de publier des pamphlets indigestes et anti-tout, squattent le web, Wikipedia et surtout le mot de décroissance qu’ils ont récupéré pour eux et il semble que personne n’ait le droit de parler d’écologie sans leur avoir demandé l’autorisation.

    Mais tous ont un nom à la bouche : Nicholas Georgescu-Roegen. J’ai donc décidé de remonter à la source et j’ai acheté le seul livre traduit en français du susnommé Jojo: « La Décroissance – Entropie, écologie, économie » (également disponible au téléchargement, je l’ai su depuis).

    Cet économiste du début du XXe siècle a commencé par faire des maths, ce qui a plutôt tendance à me mettre en confiance. C’est dans les années 30 qu’il s’initie à l’économie aux côtés de Schumpeter, ce qui fait une deuxième raison d’avoir de la sympathie pour le bonhomme.

    A la lecture du bouquin, je ne suis pas déçu : Georgescu est un grand penseur et son livre est à la fois pertinent, percutant et très accessible. Pour faire simple, je dirais que NGR relie l’économie à l’écologie avec une couche de thermodynamique (n’ayez pas peur, ça ne mord pas). Son ouvrage date de 1979, mais il reste d’une actualité déconcertante. En le lisant, on comprend à quel point les modèles économiques auxquels on nous a habitués sont aussi invalides sur une échelle infinie que le mouvement perpétuel. Analyser le cycle économique et le cycle de la vie sous le prisme de l’entropie est très instructif et je propose de déveloper dans un prochain billet.


    Monsanto, une entreprise qui vous veut du bien…

    mars 10th, 2008

    Je ne sais pas encore bien quoi penser des OGM. Certains espoirs qu’on met dans les technologies du vivant méritent certainement qu’on donne des moyens à la recherche sur le sujet. Plutôt une recherche publique dans ce cas précis, car on touche à la vie, à la santé, au principe de précaution et les intérêts économiques s’accommodent mal d’une attitude éthique et responsable. Je refuse pour le moment de dire que OGM = monsanto = beurk, mais j’ai hâte d’en savoir plus sur le sujet.

    Qu’une société soit capable de bafouer les principes les plus élémentaires de responsabilité sociale et environnementale est quelque chose qui ne nous étonne malheureusement plus. Je suppose qu’on va en avoir une belle illustration mardi soir dans ce reportage sur Monsanto. Rendez-vous donc devant votre poste Mardi 11 mars à 21 h sur ARTE.

    Une personne physique se doit d’avoir une morale.
    Et une personne morale, non ?

    Merci à Grégory Catel pour l’info.


    Danger sur la biodiversité : Kokopelli condamnée

    février 4th, 2008

    Lu sur le blog de Corinne Lepage: « la semaine dernière, l’association Kokopelli, qui milite en faveur des semences anciennes et sauvegarde plus de 2500 variétés qu’elle commercialise, vient d’être lourdement condamnée pour avoir vendu ses semences, soit 17500 euros à l’Etat et 5000 euros à la fédération des industriels de la semence (FNPSPF) ».

    Alors qu’on parle de biodiversité pour sauver la planète, comment se fait-il qu’on puisse interdire à une association comme Kokopelli de militer et d’agir pour cette biodiversité ? Réponse : en France, pour certaines espèces végétales, une semence ne peut pas être commercialisée si elle n’est pas inscrite au catalogue officiel français des espèces et variétés.

    Ce catalogue vise à assurer une traçabilité des variétés sur notre sol, ce qui, en soit, est une bonne chose et va dans le sens de la protection du consommateur. De là à nous faire croire que des espèces qui ont nourri nos grands-parents et arrières-grand parents sont devenues dangereuses du jour au lendemain, c’est un peu fort ! La traçabilité, OK, c’est un plus, mais interdire de planter de qui n’est pas tracé, c’est un peu exagéré. Le lobby des semenciers est pour quelque chose dans cette loi. Comme souvent, ce sont avant tout des raisons économiques qui ont eu le dessus.

    Fort heureusement, toutes les espèces ne sont pas réglementées (la tomate l’est, mais pas le millet) et les espèces non réglementées peuvent être librement commercialisées. De plus, le GNIS se targue d’augmenter tous les ans le nombre de variétés au catalogue (leur nombre a été multiplié par 13 en 40 ans pour atteindre 7800 en 2005).

    Mais si on gratte sous le vernis, on découvre que cette augmentation est plus due au nombre d’espèces qui deviennent des espèces réglementées qu’à l’inscription, pour une espèce donnée, de nouvelle variétés (voir sur ce point l’article de Shabnam Laure Anvar). Or plus d’espèces réglementées, c’est potentiellement moins de bio-diversité…

    Si seulement l’inscription d’une nouvelle variété était facile, il n’y aurait plus qu’à. Mais, dommage, cette inscription coûte autour de 1000 € et jusqu’à 6000 € pour les céréales (cette information est introuvable sur le site du GNIS qui gère le catalogue, bonjour la transparence !!).

    Sur ce, bonne nouvelle, au moment où j’écris ces lignes, on apprend que Nathalie Kosciusko-Morizet s’est prononcée sur le sujet, estimant qu’il y avait en effet une incohérence : « J’ai dit clairement qu’il fallait réfléchir à un éventuel dédit de l’Etat, pour que l’association n’ait pas à payer et surtout à un amendement pour régler le problème », a-t-elle expliqué à l’AFP, « L’association Kokopelli participe à la préservation de la biodiversité, du patrimoine et des semences anciennes: c’est intéressant, mais de ce point de vue notre droit est mal fait ». 

    Le Grenelle de l’environnement n’aura pas servit à rien.


    Le prix du gaz augmente, je sais.

    janvier 5th, 2008

    Olivier Bonnet tient un blog qui s’appelle « Plume de presse, Le blog sabre-au-clair d’un journaliste engagé » (Je crois que « engagé », ça veut dire « de gauche »).  Olivier Bonnet, donc, s’insurge contre la hausse de près de 4% du prix du gaz accordée à GDF, qui va selon lui pénaliser les plus défavorisés :

    « En cédant au secteur privé GDF pour des raisons purement idéologiques, le pouvoir sarkoziste va autoriser les gloutons actionnaires à tondre la laine sur le dos des ménages modestes, alors même qu’il prétend lutter contre la baisse du pouvoir d’achat ! « 

    Même si je partage avec Olivier Bonnet le souci d’équité qui manque à notre société, je crois que le débat se situe à un autre niveau :

    Je pense que le prix de l’énergie doit augmenter progressivement, lentement mais régulièrement et peu importe où va cet argent. Je préfèrerais que ça aille dans les poches de l’état (donc de la collectivité) mais à défaut, ça ira chez les actionnaires ou ça permettra à EDF d’investir dans les énergies propres.

    Car le gaz est une énergie fossile et, un jour, il n’y en aura plus. Ce jour là, on aura beau dire que c’est la faute à Sarko… Sarko, il est pas plus fort que les lois de la nature : quand y’en a plus, y’en a plus !

    Je crois qu’il est assez facile de comprendre que plus on anticipe cette pénurie, moins ça se passera mal. A vouloir faire comme si tout allait bien, on peut essayer de retarder le moment où il faudra s’adapter. Mais plus on attend, plus ce sera douloureux.  Alors qu’avec une augmentation du prix de l’énergie, la rentabilité des investissements dans l’isolation ou les énergies alternatives est plus vite sensible. Il n’y a pas de levier plus efficace que l’argent pour amener des changements. La « responsabilisation des consommateurs » n’est qu’une illusion : on fait un reportage sur les maisons en bois, on dit que c’est super et on pense qu’on est sorti d’affaire. Mais face à la crise climatique qui se profile, il faut des mesures sérieuses.

    La demande de GDF d’augmenter le prix du gaz est probablement plus motivée par la rentabilité financière que par la conscience écologique. Qu’importe. Quand ça va dans le bon sens, on ne va pas faire de l’obstruction. En vrai, je pense même que la hausse aurait due être de 6%.

    Je sais que j’ai fait ici un amalgame entre pic-oil et réchauffement climatique, mais c’est que certaines choses coïncident. Je rentrerai dans le détail une autre fois.

    Pour en finir avec l’article d’Olivier Bonnet, il me confirme dans une intuition que j’avais : parmi les multiples résistances au nécessaire changement écologique, une bonne partie viendra (et vient déjà) de la gauche.

    …et vu comment ce n’est déjà pas gagné avec la droite, ce n’est pas une bonne nouvelle.