admin| RSS .92| RSS 2.0| ATOM 0.3
  • Blog
  • Cédric Ringenbach
  •  

    Acheter Groupés : le VRM en action !

    mars 16th, 2008

    Je découvre ceci sur le blog de Xavier de Mazenod, un explorateur du web:

    Le site achetons groupés propose aux acheteurs de se réunir pour obtenir des prix intéressants. C’est très clairement une application concrète du principe du VRM (Vendor Relationship Management). Dans la mise en relation entre l’offre et la demande, dans notre système économique actuel, tout l’effort est fourni par le détenteur de l’offre. Il s’en suit une déperdition d’énergie, un gaspillage qui ne vont pas dans le sens de l’optimum global. Si les acheteurs faisaient plus l’effort d’aller chercher l’offre, le fournisseur pourrait se concentrer sur son vrai métier : la production. Tant que ce n’est pas le cas, le fournisseur est obligé de faire de la pub, de distribuer des tracts dans les boîtes aux lettres et on obtient un produit deux fois plus cher (en effet, le coût de la distribution d’un bien est en général supérieur à 50% du prix de vente).

    VRM Project est un groupe de réflexion autour de ce thème. Ils ne prônent pas une inversion de la situation mais un rééquilibrage. Je crois également qu’on a beaucoup à gagner à aller dans ce sens, à la fois dans une optique de réduction du gaspillage, et dans un soucis de redonner à la concurrence son véritable rôle (seuls les produits au meilleur rapport qualité/prix devront survivre). Voir l’article précédant qui illustre à merveille ces propos.


    Le VRM, on n’y est pas encore…

    mars 16th, 2008

    Je suis tombé sur cette pub pour un nouveau packaging qui m’a laissé le cul par terre :

    pub.jpg

    FRÖVI WHITE

    C’est en effet ça le marketing, mais de là à l’écrire…


    Achats groupés : le VRM en action

    mars 16th, 2008

    Je découvre ceci sur le blog de Xavier de Mazenod, un explorateur du web:

    Le site achetons groupés propose aux acheteurs de se réunir pour obtenir des prix intéressants. C’est très clairement une application concrète du principe du VRM (Vendor Relationship Management). Dans la mise en relation entre l’offre et la demande, dans notre système économique actuel, tout l’effort est fourni par le détenteur de l’offre. Il s’en suit une déperdition d’énergie, un gaspillage qui ne vont pas dans le sens de l’optimum global. Si les acheteurs faisaient plus l’effort d’aller chercher l’offre, le fournisseur pourrait se concentrer sur son vrai métier : la production. Tant que ce n’est pas le cas, le fournisseur est obligé de faire de la pub, de distribuer des tracts dans les boîtes aux lettres et on obtient un produit deux fois plus cher (en effet, le coût de la distribution d’un bien est en général supérieur à 50% du prix de vente).

    VRM Project est un groupe de réflexion autour de ce thème. Ils ne prônent pas une inversion de la situation mais un rééquilibrage. Je crois également qu’on a beaucoup à gagner à aller dans cette direction, à la fois dans une optique de réduire le gaspillage, et dans un soucis de redonner à la concurrence son véritable rôle (seuls les produits au meilleur rapport qualité/prix devront survivre).