admin| RSS .92| RSS 2.0| ATOM 0.3
  • Blog
  • Cédric Ringenbach
  •  

    L’AIE n’a jamais annoncé le Peak Oil pour le conventionnel en 2006 !

    On l’a souvent dit et il m’est arrivé moi-même de le relayer : l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) aurait annoncé dans le World Energy Outlook (WEO) de 2010 que le pic de production du pétrole conventionnel a eu lieu en 2006. Ce n’est pas tout à fait exact. Décryptage.

    Dans le WEO 2010, l’AIE présente trois scénarios :

    • Current Policies (scénario dit « Business As Usual » (BAU) ou tendanciel)
    • New Policies (scénario exploratoire qui prend en compte la mise en œuvre de toutes les nouvelles politiques énergétiques qui ont été annoncées, en supposant qu’elles sont effectivement appliquées)
    • 450 (pour 450 ppm de CO2, scénario normatif ou « backcasting » qui vise à ne pas dépasser les 2°C d’augmentation de la température).

    Le scénario « BAU » a longtemps été le scénario de référence de l’AIE, mais en 2010, c’est le scénario intermédiaire qui joue ce rôle, et c’est dans ce dernier que l’AIE évoque un maximum historique de production en 2006 :

    Dans le scénario « Nouvelles Politiques », […] la production de pétrole brut se stabilise plus ou moins autour de 68-60 Mb/j à l’horizon 2020, mais ne retrouve jamais le niveau record de 70 Mb/j qu’elle a atteint en 2006, tandis que la production de liquides de gaz naturel (LGN) et de pétrole non conventionnel connaît un vif essor.

    Dans ce scénario, les raisons d’un pic en 2006 ne sont pas des raisons géologiques, mais politiques. C’est avec cette nuance qu’il faut comprendre cette assertion. L’AIE ne dit pas qu’il est matériellement impossible d’extraire plus de pétrole chaque année, mais que les mesures annoncées par les états pour limiter leur consommation, si elles sont tenues, ont pour effet de ne pas avoir besoin de trop « tirer sur la paille ». C’est une nuance de taille car comme dirait Lapalisse, ce qui caractérise l’avenir, c’est qu’il n’a pas encore eu lieu (c’est même sa définition, je dirais). Et comme il n’a pas encore eu lieu, il est encore temps de le modifier plus ou moins. En l’occurrence, la mise en œuvre des mesures annoncées par les états n’est en rien acquise : personne n’est capable de dire si le futur ressemblera plus au scénario « New policies » ou « 450 » qu’au scénario « Current policies ». Le Peak Oil n’a donc pas forcément eu lieu.

    Le fait que le scénario « New policies » soit considéré comme le scénario de référence alors que jusqu’ici, c’était le BAU qui tenait ce rôle y est pour beaucoup dans ce malentendu. D’ailleurs, on ne trouve dans les communiqués de l’AIE que le graphe de ce scénario (ci-dessous) et pas celui du scénario BAU.

    Juste après la sortie du WEO, la nouvelle que le peak oil était passé a été annoncée ici et , et j’ai moi-même retenu ce message en l’état jusqu’à ce qu’une source proche de la fameuse institution me démente. J’ai également su que l’AIE s’est posé la question de faire un communiqué pour corriger le tir, mais ne l’a finalement pas fait. Pourquoi ? Aucune idée…

    11 réponses à “L’AIE n’a jamais annoncé le Peak Oil pour le conventionnel en 2006 !”

    1. rod dit :

      Bonjour,

      Donc, si je suis votre raisonnement, on « lèverait le pieds » sur le pétrole conventionnel (petrole « facile » à extraire) mais on se ferait « chier » à augmenter la production du non-conventionnel (cher et difficile à produire). Un peu curieux comme raisonnement non? Surtout dans la situation économique actuelle (qui d’ailleurs, ne serait elle pas dut à ce pic de 2006…)

    2. Matthieu Auzanneau dit :

      Bin je suis trop d’accord avec toi Cédric, j’ai l’impression.
      WEO2010 : « Dans le scénario « Nouvelles Politiques », (…) La production de pétrole brut se stabilise plus ou moins autour de 68-69 Mn/j à l’horizon 2020, mais ne retrouve jamais le niveau record de 70 Mb/j qu’elle a atteint en 2006. »
      – contrairement à ce que dit Cédric, il n’est pas précisé si la cause du pic de 2006 est de nature politique ou géologique (si tant d’ailleurs que ce point ait un sens)* ;
      – le scénario « Nouvelles Politiques » est le seul détaillé, il est présenté comme le scénario de référence par l’AIE. Sans surprise, le détail du scénario business as usual ne fait pas le distingo entre conventionnel et non conventionnel (cf annexe p. 619)
      Je dis « sans surprise », parce que les rapports supervisés par Fatih Birol sont toujours, disons, jésuitiques, sur les points qui fâchent.

      * Plus loin, l’AIE précise que « la totalité de l’accroissement de la production mondiale entre 2009 et 2035. (…) La production pétrolière totale hors OPEP est à peu près constante jusqu’à 2025 environ, dans la mesure où la hausse de la production de LGN et de pétrole non conventionnel compense la baisse de celle de pétrole brut ; par la suite, la production totale hors OPEP commence à diminuer. In fine, le volume récupérable des ressources de pétrole tant conventionnel que non conventionnel est une source d’incertitude majeure pour les perspectives à long terme de la prod. pétrolière mondiale »

      (purée, fatiguant ces pdf qu’on peut pas copier…)

    3. « J’ai également su que l’AIE s’est posé la question de faire un communiqué pour corriger le tir, mais ne l’a finalement pas fait. Pourquoi ? Aucune idée… »

      Jésuitique, je te dis…
      « une source d’incertitude majeure »… tu m’étonnes…

    4. J’ai écrit ci-dessus : « Plus loin, l’Opep précise que « la totalité de l’accroissement de la production mondiale entre 2009 et 2035 »

      Désolé, bien sûr je voulais dire : « Plus loin, l’AIE précise que c’est de l’Opep que viendra « la totalité », etc.

    5. Joel GREA dit :

      J’aurais tendance à croire qu’une façon politique d’augmenter la production de pétrole conventionnel serait de creuser de nouveaux puits pour exploiter les mêmes réservoirs afin d’augmenter le débit. N’étant pas un spécialiste, je ne sais même pas si c’est possible. Et dans tous les cas, une telle action étant généralement financièrement débile (ça coute cher), hors raison majeure genre guerre, on ne devrait pas la voir.

      Quand à exploiter de nouveaux champs … il faudrait déjà en avoir… et en lancer plus que se vident ceux déjà exploités… pas gagné tout ça.

      Pour ma part, je noterai que la hausse du CA de Total a été supérieur à la hausse de son bénéfice. C’est tout à fait anormal et peut bien être le signe d’un prix de plus en plus élevé de l’extraction du pétrole.

      S’il n’y a pas de certitudes sur le pic pétrole conventionnel en 2006, l’hypothèse parait quand même assez plausible… Et de toute façon, ça ne change pas la donne.

      => Il n’y a pas assez de pétrole pour tout le monde et ça ne va pas aller en s’arrangeant : Changeons nos habitudes.

    6. Rod dit :

      Quel est l’intérêt de faire un blog si l’auteur ne réponds même pas aux commentaires de ses lecteurs? C’est un manque de respect envers ces derniers et ne donne pas vraiment envie de continuer à le visiter.

    7. @Rod : Désolé si je ne vous ai pas répondu. A vrai dire, je n’étais pas certains d’avoir compris votre question (voir plus haut, premier commentaire). Je vais essayer d’y répondre quand-même. Le fait qu’on ait une part de non conventionnel alors qu’on ne serait pas dans le scénario le plus haut pour le conventionnel peut s’expliquer par le fait que ce ne sont pas les mêmes acteurs ni même les mêmes pays qui investissent des deux côtés.

      Dans le cas du « New Policies », les saoudiens n’ont pas envie de dumper le débit de leurs puits (car les techniques en questions peuvent diminuer les quantités récupérables in fine) et par ailleurs, certains exploitants continuent de faire du non conventionnel en Alaska car le prix du brut le justifie.

      Dans le cas du « Current Policies », on n’a pas les chiffres ni les courbes, mais on peut imaginer que les projets de mise en production soient accélérés et que des techniques de récupération avancées soient utilisées pour répondre à une demande qui est plus élevée.

      N’est-il pas ?

    8. dereco dit :

      On ne va pas manquer de combustibles, car sous notre terre, la vie a accumulé sur 600millions d’années des combustibles carbonés en quantités capables de bruler bien plus que tout l’oxygène que nous respirons !!

      La vie renouvelle cet oxygène tous les 200millions d’années en stockant sous terre autant d’atomes de Carbone que de molécules d’oxygène dans notre air !!

      Il n’y aura pas de pic pétrolier ou de combustibles !!!

      combustibles à gogo pour bruler tout l’oxygène respirable !!

      Vers 1973 nos nucléocrates prédisaient la fin du pétrole avant l’an 2000 pour justifier toutes nos centrales nucléaires !!

      Un pur mensonge !

      De fait si on réfléchit simplement, on constate que la vie à créé l’oxygène que nous respirons à raison d’un atome de carbone stocké sous terre pour chaque molécule d’oxygène disponible.

      Cette vie renouvelle tout cet oxygène respirable tous les 200000 ans environ et donc stocke du carbone sous terre à la même cadence depuis 600 millions d’années de vie multicellulaire !!

      La vie terrestre a donc stocké sous terre en carbone combustible 3000fois (600/0,2) de quoi bruler tout l’oxygène respiré de notre atmosphère !!

      Donc avec certitude, même avec beaucoup de recyclage du carbone, il reste sous terre largement de quoi bruler tout l’oxygène en créant 100% de CO2 à la place !!
      Il est effarant que cette évidence biologique soit ignorée !!

      Donc on va continuer à trouver et bruler sans fin des combustibles pétroles, gaz et charbon avec certitude scientifique, et les gaz de schistes en sont le début !!

      La « catastrophe écologique d’une ampleur autrement plus importante qu’un pour-cent de croissance mondiale », si on continue, nous tombera dessus bien avant, comme cela s’est produit il y a 55 millions d’années spontanément, juste en dégageant le méthane du fond des mers, 10 fois plus de CO2, plus de 15°C en plus, plus de glaces aux pôles, et les mers 60m plus hautes !!
      Pas besoin de lire le GIEC !!

      Mais il n’y aura aucun pic pétrolier ou des combustibles avant !!!
      Et je ne parle pas du méthane CH4 abiotique des Russes !!!

    9. dereco dit :

      j’ai écrit un lapsus :
      il faut lire
      La vie renouvelle cet oxygène tous les 200mille années
      au lieu de
      La vie renouvelle cet oxygène tous les 200millions d’années

      La vitesse de dégagement d’oxygène par la vie (surtout océans) permet de le prouver.

      Sans la vie, la Terre serait comme entre Vénus ou Mars, que du CO2 irrespirable.
      Pendant 2 milliards d’années la vie avec son oxygène a oxydé le fer de la terre, sans assez d’oxygène respirable !!

    10. Bonjour Dereco,
      Vous oubliez un tout petit détail : la très grande majorité du carbone stocké dans le sol est sous la forme de calcaire (qui contient aussi de l’oxygène), qui lui ne risque pas de brûler !
      Les hydrocarbures ne sont qu’une toute petite partie de ce carbone. Une partie qui a « mal tourné » et qui s’est retrouvée piégée sous forme organique avant d’être pyrolysée.

    11. Et au passage, merci les huîtres qui fabriquent du calcaire !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *